vie-rousse-roux

Ma vie de rousse en 10 gifs

Les roux et les rousses doivent souvent composer avec le regard de l’autre. Qu’il soit réprobateur ou bienveillant, celui-ci peut avoir un réel impact sur la construction identitaire. Voici mon expérience illustrée en 10 gifs !

Une paire de jumelles à la main (39 ans bientôt, c’est loin !), j’ai donc regardé ma vie, ou devrais-je dire MES vies de rousse, en retraçant l’historique de mes humeurs, questionnements et doutes liés à ma rousseur. Si la schizophrénie ne me guette pas, il reste cependant évident que ma vie fut une suite de phases qui m’ont aujourd’hui conduite à une totale acceptation de ma singularité.  L’influence des regards extérieurs s’est peu à peu effacée au profit d’une vision clairvoyante sur celle que je veux être aujourd’hui. Ce fut parfois douloureux, souvent déstabilisant, voire épuisant. Être différent dans un monde uniformisant peut en effet constituer un véritable défi. Nombreux furent ainsi les moments d’incertitude durant lesquels j’ai souvent eu la sensation de grimper l’Everest de ma psyché, d’en perdre le fil, de tomber puis de remonter… pour ensuite recommencer. « Imagine que tu es une montagne », me dit souvent mon prof de méditation. On verra dans 20 ans ! Mais du haut de ma colline (c’est déjà ça !), j’ai pris de la hauteur sur ce que l’on disait de moi. Aujourd’hui, je suis rousse, singulière, hors-norme et j’en suis fière ! Ce ne fut pourtant pas un long fleuve tranquille…

La première fois où j’ai pris conscience que j’étais différente… au sein même de ma famille

seul-roux-rousse-famille

J’ai ensuite compris que ma différence pouvait compliquer ma relation à l’autre

roux-prejuges

Puis j’ai tenté quelques variations capillaires, mais là non plus, ça ne semblait pas aller !

coloration_cheveux_rousse

Alors j’ai voulu me cacher… mais j’ai vite compris qu’il était impossible pour moi de passer inaperçue !

roux-rousse-voyant

J’ai même entendu dire que les roux devaient s’habiller comme ceci ou comme cela. J’ai ainsi d’abord vu la vie en vert…

vetement-vert-rousse

… puis en rouge…

vetement-rouge-roux-rousse

Et un beau jour, j’ai senti que les choses prenaient une tournure différente…

drague-roux-rousse

J’ai soudain repris confiance en moi… du moins, en apparence…

fierte-rousse

Car je restais malgré tout dans l’attente et la crainte du regard de l’autre.

peur_autre_roux_rousse

Puis j’ai grandi, réfléchi et compris… Je suis aussi devenue maman… J’ai commencé à voir clair en moi et dans le regard des autres. Notre livre Être(s) roux constitue à ce titre une phase supplémentaire dans ce cheminement.  La tristesse lue dans les yeux de certains enfants roux m’émeut à chaque fois, je continuerai à me fâcher haut et fort, à grogner et mordre si nécessaire. L’injustice m’est en effet plus que jamais intolérable, la bêtise aussi. Mais j’ai aussi compris une chose : lutter contre les étroits d’esprit, condamner les moqueries et autres bassesses doit s’accompagner d’une mise à distance de ce que l’on dit de nous : « Si tu dis que je suis ceci ou cela parce que je suis rousse, je ne me tairai pas face à toi. Mais en condamnant tes propos, je m’assurerai aussi qu’ils n’ont pas d’impact sur moi. Non, tu ne me déstabiliseras pas, car ce n’est pas dans tes yeux que je me construis, mais en moi. Je sais qui tu es, mais je sais aussi qui je suis. Ma singularité, je me la suis appropriée pour enfin l’aimer ». Pour résumer, je suis désormais zen… ou presque !

relax

© Tous droits réservés / Texte sous copyright – Reproduction partielle ou totale des textes strictement interdite sans l’autorisation de l’auteur

Élodie

Blogueuse 100% rousse. Bavarde sans être verbeuse, insoumise mais pas inflexible, j’exhibe ma crinière avec fierté et caractère. Amis roux et rousses, ce blog vous est entièrement dédié !

Pas de commentaire

Poster un commentaire