Sophie_femme_rousse

Témoignage de Sophie

Sophie, rousse de 49 ans, a accepté de témoigner dans le cadre du livre que je prépare avec Pascal Sacleux et Marie-Savine Colin. Elle évoque ici sa rousseur, ses souvenirs et son présent, et dans quelle mesure sa singularité a eu un impact sur sa construction identitaire.

Mes cheveux sont roux et frisés. Cette différence capillaire a eu plusieurs petits impacts, positifs ou négatifs, sur mes relations sociales, et ce, à différents moments de ma vie. Tout cela a dû influencer mon comportement ou mon caractère dans différents milieux.

Durant mon enfance, alors que j’étais en bas âge, on me trouvait adorable surtout dans la famille (je suis issue d’une famille un peu « bien comme il faut ») et auprès de notre entourage. J’en ai un souvenir assez vague.

« Une maîtresse m’appelait bébé soleil »

Mais en regardant quelques photos, j’ai toujours regretté d’avoir les cheveux très courts frisés avec cette aura orange foncé. Car par la suite, en petite section et au collège, les choses se sont dégradées au point d’accentuer ma timidité.

J’étais mise un peu de côté par les autres élèves, surtout lorsqu’une maîtresse n’avait pas trouvé mieux que de m’appeler « bébé soleil » pendant la classe à tout moment. Je n’en pouvais plus et les autres élèves se moquaient et avaient du mal à m’accepter. Ma mère avait dû intervenir pour que cette enseignante cesse d’utiliser ce diminutif.
De plus, comme on ne passe pas inaperçu, il valait mieux être beau ou un peu à la mode. Mais dans mon cas, avec mes cheveux courts et orange, les adultes me prenaient pour un petit garçon et les camarades me trouvaient différentes dans mes vêtements simples.

A la fin du collège, j’ai opté pour une « révolution capillaire », même si j’étais assez renfermée et dans la lune. J’ai donc laissé pousser mes cheveux. J’ai porté une queue de cheval pendant pas mal d’années puisque cela correspondait à la mode du moment. De cette manière, j’ai enfin pu un peu oublié que j’étais rousse.

Ensuite, on ne me faisait plus que des réflexions positives. La beauté de cette couleur du cheveu m’a aidée et
m’aide encore dans mes relations amoureuses. Socialement, les choses se sont améliorées au fur et à mesure.

En revanche, au travail, on me remarquait plus que les autres et cela pouvait me nuire. J’étais trop atypique pour l’image de l’entreprise. Je ne rentre parfois pas dans le moule (en sachant que mon caractère timide et original pouvait également parfois en gêner certains).

« Je ne serais pas la même si je n’avais pas été rousse. »

Alors oui, je dirais que le fait d’être rousse, d’avoir une couleur de cheveux qui ne passe pas inaperçue, a eu et a encore aujourd’hui des incidences sur ma vie.

La couleur de mes cheveux et la façon de les mettre en avant ou de les coiffer a eu des conséquences durant mon enfance. En plus, notre milieu familial, la mode, les préjugés et surtout le fait d’être un petit peu différent jouent sur notre comportement et ensuite sur notre façon de nous construire. Ensuite, notre identité s’adapte. Il y a eu des périodes où il fallait soit se la jouer discrète, soit en faire un atout.

Aurais-je été différente si je n’avais pas été rousse ? Oui, peut-être un peu. Enfant, c’est plus compliqué car on n’est pas maître de soi. Ce sont les parents qui façonnent notre apparence, nos habits et le reste. Ado, on réagit comme on peut avec encore un petit manque de contrôle et de compréhension des autres. Adulte, cette couleur est ma fierté, elle est pour moi un atout actuellement. Je dirais même que cette couleur représente une certaine jeunesse et un certain dynamisme par rapport à mon physique et mon mental, surtout maintenant.

Par le passé, dans les années 70, la mode était un peu austère, je trouve. Il y avait bien sûr la mode disco, punk ou rock pour les vêtements, mais chez les jeunes pré-ados, se démarquer amenait un peu au conflit social. Alors être roux, si on n’avait pas un caractère fort, conduisait à être mis de côté. Je dis cela en pensant à un camarade de classe au collège qui était roux orange mais qui avait une carrure et un caractère très fort et qui a su faire sa place naturellement au contraire de moi.

« Aujourd’hui, je garde mes cheveux longs et roux, c’est comme une liberté. »

J’ai moins peur des préjugés et je m’adapte sans plus me soucier de cela. De plus ayant vécu en Chine, entourée d’étudiants, comme moi, de différentes nationalités et accompagnée de la curiosité des Chinois, ce moment de vie m’a ouvert l’esprit et libérée. J’ai encore le souvenir surprenant d’une jeune Chinoise de province au teint étonnamment clair, parsemé de taches de rousseur, vendeuse dans une quincaillerie, éclairée par une lumière tamisée entourée de toutes sortes d’objets sur des étagères de bois sombres, et qui laissait tomber ses longs cheveux raides roux acajous foncés et brillants. Eh oui, une rareté là-bas, mais, cette couleur est partout dans le monde … et là, je n’ai plus trop ressenti cette couleur comme un sentiment de différence bizarre de mon enfance.

Une anecdote de plus, je suis sur une plateforme d’un monde virtuel 3D basée sur la création et les avatars. Inconsciemment, dès la conception de mon personnage, il y a 8 ans, j’ai toujours porté des cheveux « verts ». Comme les roux, les cheveux verts sont rares dans les mondes virtuels, même pour la fourrure si on est une créature. J’aime le vert mais mon inconscient a pris le dessus même pour les cheveux.

Les préjugés sont bien sûr basés sur l’éducation de la personne et ses connaissances. J’ai des opinions différentes et divers jugements.

J’ai pu voir récemment sur les réseaux des moqueries envers les roux mais cela me semble rare. Et sur les réseaux, il y a beaucoup d’insultes gratuites.
Dans le contexte scolaire, en revanche, je ne l’accepte pas, car les personnes qui subissent ces attaques ne peuvent pas trop se défendre seule. Il y a des blagues, des préjugés qui font rire au début, mais ensuite montrent vraiment la bêtise humaine et cela m’agace car cela est synonyme d’un manque d’éducation.

Après chacun ses goûts, mais c’est comme pour les blondes. Il ne faut pas aller trop loin ou trop longtemps dans la blague.

« Les préjugés sur les roux les forcent à se mettre en retrait. »

Ceux qui ont des préjugés pensent que les roux sont « bizarres ». C’est comme si on venait d’une autre planète avec un aspect pas très clean…mouais, bof… C’est vague quoi…

D’ailleurs, je me suis fait une réflexion qui intéressera probablement les fans de BD de science-fiction et de Luc Besson… Pourquoi Luc Besson a-t-il changé la couleur de cheveux de l’héroïne pertinente et rusée, Laureline ? Rousse dans la bande-dessinée, elle est devenue blonde dans l’adaptation de Besson ! Sa rousseur avait toute une signification pour sa personnalité dans cette saga intersidérale. J’ai lu beaucoup de commentaires à ce sujet et je trouve aussi que ça a en partie fichu le film en l’air. C’est une vraie déception !

« L’initiative de Pascal Sacleux valorise notre différence. »

Le projet de Pascal Sacleux m’a attirée car le fait de réunir des gens pour un même intérêt et sans danger m’amusait.

On y vient dans la bonne humeur, et c’est intéressant de rassembler des personnes qui ont ce point commun, une couleur un peu rare. C’est également une bonne chose d’appeler ceux qui en souffrent à considérer leur différence comme un avantage. C’était important pour moi car cela m’a réconfortée et m’a donné une image positive de la rousseur. C’est un challenge motivant et amusant.

Cela m’a permis aussi de soutenir un enfant qui n’acceptait pas sa couleur, en le conseillant. J’ai pu aussi constater qu’il existait différentes couleurs de roux. En voyant tous ces gens, je me suis dit qu’il y avait quand même un « phénomène roux « ; un groupe de gens qui n’en parlent pas au quotidien mais qui ressentent de l’amusement, de la force, de la fierté mais aussi la honte et une souffrance qu’ils ont, sans doute, vécue au moins une fois à cause de leur couleur de cheveux.

Sur le même thème :

Élodie

Blogueuse 100% rousse. Bavarde sans être verbeuse, insoumise mais pas inflexible, j’exhibe ma crinière avec fierté et caractère. Amis roux et rousses, ce blog vous est entièrement dédié !

Pas de commentaire

Poster un commentaire