Elle photographie les roux: interview de Sharon Halabi / « Shades of fire »

J’ai découvert son travail il y a quelques semaines au hasard de mes pérégrinations facebookiennes. Sharon Halabi, photographe israélienne, a décidé de mettre les roux et les rousses à l’honneur dans le cadre de son projet « Shades of Fire ». Hommes, femmes, enfants, les « Redheads » sont pour elle une intarissable source d’inspiration depuis plus d’un an maintenant. Des clichés sans artifices, ni retouches où notre seule couleur de cheveux et l’expression des modèles sont mises en avant. Elle a chaleureusement accepté de répondre à mes quelques questions, pour parler d’elle… et de nous. Surtout.

Sharon Halabi, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours de photographe?
Je suis une israélienne de 48 ans, maman de deux enfants. Je vis dans la périphérie d’Israël mais à proximité de Tel Aviv.
J’ai commencé à apprendre la photographie alors que j’étais encore une jeune fille. Aussitôt mon service militaire terminé, je suis partie à New York pour passer un diplôme en photographie, à l’École des arts visuels de Manhattan. Puis, à la fin de mes études, je suis retournée en Israël. J’ai alors travaillé pendant plusieurs années comme photographe de mode et d’architecture pour des entreprises et des magazines renommés.
J’ai ensuite fait une longue pause professionnelle pour m’occuper pleinement de mes enfants. La photographie n’était alors plus qu’un passe-temps. Puis j’ai décidé qu’il était temps d’y revenir … Aujourd’hui, je me concentre sur la photographie de portrait et de famille.

sharon-halabi-shades-fire-roux-rousse
Comment est née l’idée de photographier des roux et des rousses?
Tout a commencé lorsque j’ai fait la rencontre d’une famille qui venait poser pour une séance photo. Ils étaient roux et lorsque j’ai regardé les clichés que je venais de prendre, une chose a attiré mon attention. Il y avait quelque chose de différent, quelque chose dans leurs yeux que je n’avais jamais vu auparavant. J’ai voulu continuer, afin d’explorer la magie qui s’était opérée. La fille de cette famille est devenue ma muse. Elle l’est toujours aujourd’hui.

sharon-halabi-shades-fire-roux-17

Quel est l’objectif du projet « Shades of fire »?
Le but premier est de mettre en évidence la beauté des personnes aux cheveux roux. Pour leur redonner confiance et leur prouver que ce sont des gens incroyables. Je souhaite également faire évoluer les mentalités, surtout auprès des enfants qui se moquent encore souvent des roux et des rousses. Cette couleur est magnifique.

Comment avez-vous trouvé tous ces modèles?
J’ai photographié plus de 300 roux israéliens et je les ai tous trouvés via Facebook … J’ai posté une annonce sur ma page, les invitant à venir me rencontrer dans mon studio. Tous les roux qui ont répondu à mon appel étaient les bienvenus. Je n’ai pas fait de sélection avant de les rencontrer: peu importe leur âge, leur origine ou leur sexe. Pour l’instant, mon modèle le plus jeune a deux mois, le plus âgé soixante-dix ans. J’ai également photographié des familles entières de roux. Les gens sont venus des quatre coins du pays.

Pensez-vous que les roux sont encore victimes de préjugés? 
Oui, je le pense.  Au cours des séances photo, j’ai beaucoup parlé avec mes modèles. Certains m’ont fait part des difficultés qu’ils ont connues ou qu’ils connaissent encore. Malheureusement, ce sont les enfants qui sont surtout touchés. Selon moi, les préjugés et les moqueries persistent parce que les gens n’aiment pas ce qui n’est pas dans la norme, ce qui est différent. Je pense vraiment que les projets comme celui-ci sont très importants.

Que vous ont apporté toutes ces rencontres?
J’ai appris beaucoup grâce à ce projet. Des choses que j’ignorais. Par exemple, j’ai pris conscience qu’il y avait de très nombreuses nuances de roux. C’est comme la couleur des yeux: il y a une multitude de teintes. C’est pour cette raison que j’ai appelé ce projet « Shades of Fire » (Nuances de feu). J’ai également découvert la délicatesse et la fragilité de leur peau, les implications pour leur santé, leur répartition géographique et les recherches concernant leur possible extinction.

Quels sont vos projets pour la suite?
Je souhaite présenter mon travail en Israël dans un premier temps puis, peut-être, dans le monde. J’aimerais que les gens reconnaissent la beauté des roux ainsi que leur caractère si spécial et si unique. Je veux que chacun voit la beauté que j’ai vue en eux.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet « Shades of Fire », rendez-vous sur la page Facebook de Sharon Halabi ou sur son compte Instagram.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à vous abonner à ma page Facebook pour suivre mes prochaines publications!

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire